Objectifs promus

 
 
     
 
Delavrancea
La statue de
Barbu Şt. Delavrancea
Barbu Ştefănescu Delavrancea a été un prosateur, dramaturge, gazetier, avocat et homme politique roumain, connu notamment par son activité littéraire (la nouvelle "Hagi-Tudose" et le drame "Apus de soare" (Coucher de soleil) ). Il a été le maire de Bucarest (1899) et membre de l’Académie Roumaine (1912).

Barbu Ştefănescu Delavrancea (1858-1918) a étudié à l’École Princière et au Lycée "St. Sava" de Bucarest, avec les plus remarquables professeurs de son temps (D.A. Laurian, Anghel Demetriescu, Vasile Ştefănescu). De cette période (1876-1877) datent aussi ses premières tentatives littéraires. Entre 1877-1882 il était étudiant à la Faculté de Droit. Il a débuté dans le journal România liberă (1878) et a publié son premier volume de poésie ("Poiana lungă. Amintiri"), lequel a été bien accueilli par les critiques. Il est arrivé à Paris (1882-1884) afin de parfaire ses études juridiques. Lors de son retour au pays, il a publié Trubadurul (1886) et Hagi-Tudose (1887).

En 1888, Delavrancea travaillait comme rédacteur pour "Democraţia" et "Voinţa naţională". En 1899, il est devenu maire des Bucarestois. Le 12 mai 1912, en guise d’appréciation de l’ensemble de son activité littéraire et dramaturgique, l’écrivain est élu membre de l’Académie Roumaine.

Cornel Medrea (1888-1964) a suivi l’École d’Arts et Métiers de Zlatna et l’École Supérieure d’Arts Décoratifs de Budapest (1905-1912). À partir de 1914 il a participé aux Salons officiels et aux expositions du groupement "Tinerimea artistică", "Arta română" etc. Il a exposé à la Biennale de Venise (1928, 1938, 1956, 1958) et à d’autres manifestations à l’étranger. Professeur de sculpture à l’Académie des Beaux Arts de Bucarest, ensuite à l’Institut "N. Grigorescu" entre 1939-1964. Distinctions: Diplôme d’honneur à l’exposition internationale de Barcelona (1929); le Grand Prix à l’Exposition internationale de Paris (1937); le Prix international à l’Exposition de New York (1939); le Prix national pour la sculpture (1945); le Prix d’État (1956); le titre de Maître émérite de l’art (1956) et d’Artiste du peuple (1957).

"Medrea cultive les formes pleines, robustes, en exprimant avec simplicité un idéal de la réalité. Les portraits, les séries de maternités, les évocations historiques, les représentations allégoriques convergent vers la manifestation d’une plénitude, d’un optimisme fondé sur le caractère concret de l’image humaine."

Installation: 1957  •  Auteur: Cornel Medrea  •  Matériau: pierre  •  Le Parc Kiseleff

1 2 3 4 5 6 7 8
Ghika
La statue du Monseigneur
Vladimir Ghika
Connue également sous le nom de "Cărturarul" (L’érudit), nom qui l’a sauvée de la destruction pendant le régime communiste, la statue du monseigneur Vladimir Ghika a été réalisée en 1938 par le sculpteur Gheorghe Anghel en guise de reconnaissance pour l’aide reçue de la part du Monseigneur Ghika pendant qu’il étudiait à Paris.

La statue a été exposée au Musée National d’Art de Bucarest. Pour mieux représenter l’esprit du monseigneur Ghika, Gheorghe Anghel a amplifié non seulement les verticales de l’ouvrage, suggérant une grandeur spirituelle, non pas matérielle, de la personnalité représentée. L’allongement confère un air hallucinant à la figure du Monseigneur, accentuant l’atmosphère byzantine.

Aux insistances du prêtre-curé de l’église française "Sacré Cœur", Ioan Ciobanu, en 2004, dans la place à côté de l’église (construite en 1930 par la Société des Filles de la Charité), a été placée la statue du monseigneur Ghika.

1 2 3 4 5 6
Iorga
Le buste de
Nicolae Iorga
L’un des plus brillants esprits de l’histoire de la nation, Nicolae Iorga (1871-1940), a été historien et critique littéraire, documentariste, dramaturge, poète, encyclopédiste, mémorialiste, cadre universitaire et membre de l’Académie Roumaine, laissant après lui une œuvre impressionnante. Il s’est également remarqué dans le domaine politique, détenant des fonctions de ministre, parlementaire et premier ministre.

Nicolae Iorga a eu une fin tragique, étant appréhendé dans son villa de Sinaïa et assassiné. Après avoir appris la nouvelle concernant l’assassinat de Iorga, 47 d’universités et académies du monde entier ont arboré le drapeau en berne.

En 1976, devant l’Institut d’Histoire "Nicolae Iorga" sur le Boulevard Aviatorilor, on a placé le buste de Nicolae Iorga, création du sculpteur Ion Irimescu.

Auteur: Ion Irimescu  •  L’Institut d’Histoire "Nicolae Iorga"

1 2 3 4 5 6 7
Lahovary
La statue de
Alexandru Lahovary
Alexandru Lahovary (1897-1953), magistrat au sein du Tribunal Départemental d’Ilfov, a obtenu son doctorat en sciences juridiques à Paris (1865). Il est désigné secrétaire général et directeur du Ministère des Affaires Étrangères (1867) et du Ministère de la Justice (1870, 1873-1876). Il est membre fondateur en 1880 et membre éminent du Parti Conservateur, étant élu plusieurs fois comme député et sénateur.

Marius Jean Antonin Mercié (1845-1916) a été un sculpteur et peintre d’origine française qui a étudié à l’École des Beaux Arts de Paris à côté d’Alexandre Falguière et de François Jouffroy. En 1868, on lui a décerné le Grand Prix à Rome. Il a activé comme professeur de dessin à l’École des Beaux Arts de Paris. Il a été décoré par la Légion d’Honneur. Membre de l’Académie Française (1891) et président de la Société des Artistes Français.

La statue d’Alexandru Lahovari personnifie le célèbre homme politique en qualité d’orateur. À la base du monument se trouve l’allégorie masculine du Danube, tandis qu’à la gauche se trouve une allégorie de la Roumanie Agricole.

Installation: 1901  •  Auteur: Marius Jean Antonin Mercié  •  Matériau: bronz  •  La Place Lahovary

1 2 3 4 5 6
Maniu
La statue de
Iuliu Maniu
Iuliu Maniu a été l’un des plus importants hommes politiques roumains d’entre les deux guerres mondiales. Député de Transylvanie au Parlement de Budapest, premier ministre de la Roumanie, président du Parti National Paysan, détenu politique après 1947, Iuliu Maniu a incarné le symbole de l’espoir et du désir de liberté du peuple roumain.

Iuliu Maniu (1873-1953) a suivi les études universitaires à Cluj, Budapest et Vienne, où il est devenu docteur en droit en 1896. De son retour en Transylvanie, il s’est établi à Blaj, où il a commencé son activité d’avocat de l’Église Roumaine Unifiée au Rome, l’église métropolitaine de Blaj (1898-1915). Il a commencé sa carrière politique dans le cadre du Parti National Roumain de Transylvanie et a compté parmi les organisateurs de la Grande Assemblée d’Alba-Iulia du 1er décembre 1918, où fut décidée l’unification de la Transylvanie au Royaume de la Roumanie. Le Parti National Roumain de Transylvanie s’est unifié en 1926 au Parti Paysan, constituant ainsi le Parti National Paysan.

Iuliu Maniu a été le président du parti (1926-1933 et 1937-1947) et premier ministre de la Roumanie entre 1928 et 1933. Bien qu’il ait refusé de collaborer avec le régime légionnaire et avec Antonescu, il fut arrêté le 14 juillet 1947 par les autorités communistes et jugé pour "haute trahison", étant condamné à la prison à vie. Il s’est éteint le 5 février 1953 dans la prison de Sighet.

Sculpteur, peintre et céramiste roumain, Mircea Corneliu Spătaru a été une personnalité de l’art roumain contemporain. Diplômé de l’Institut d’Arts Plastiques "Ion Andreescu" de Cluj-Napoca (1962), il possède un riche palmarès d’expositions (Venise, Paris, Barcelone, Budapest, Varsovie, Bucarest) et des prix (1969 – le Prix de l’Union des Artistes Plastiques de Roumanie; 1971 – le Prix "Ion Andreescu" de l’Académie Roumaine; 1972 – le Prix de la Critique de l’Union des Artistes Plastiques de Roumanie; 1985 – le Prix spécial du jury – Exposition de dessin et de peinture de Barcelone; 2000 – l’Ordre National "Service Fidèle au rang de Grand Officier" de la part de la Présidence de la Roumanie).

"Spătaru… s’assume la tragédie de l’histoire humaine avec un sentiment de sa propre implication, de la responsabilité qui ne permet à aucun, ni même au simple spectateur, le privilège de l’innocence. Nous sommes tous responsables pour toute l’infélicité. Une idée très incommode mais inévitable pour ceux qui essayent à comprendre l’angoisse du monde actuel, avec ses cauchemars et ses espoirs" (Andrei Pleşu).

Installation: 1999  •  Auteur: Mircea Spătaru  •  Matériau: bronz  •  La Place de la Révolution

1 2 3 4 5 6
Brătianu
La statue de
I.C. Brătianu
En 1928, un an après la mort d’Ion I. C. Brătianu (n.1864 – m.1927), ont commencé les démarches en vue de réaliser un monument dédié au grand disparu, sur l’initiative de son épouse, Eliza Brătianu, et des frères Vintilă et Constantin. Pour ce faire, on a fondé l’association culturelle "Aşezământul Ion I.C. Brătianu", à l’origine sise dans la rue Doamnei. Ultérieurement elle a été déménagée dans le bâtiment où avait habité Ion I.C. Brătianu, rue Biserica Amzei, donnée à l’établissement dont le but était, à part l’organisation d’une bibliothèque publique, d’ériger le monument mentionné.

En 1935, en vue d’accomplir cette charge, on a formé un comité dirigé par le président de l’Académie Roumaine, Alexandru Lapedatu, qui occupait à ce moment-là la fonction de ministre de la culture. L’ouvrage, confié au sculpteur croate Ivan Mestroviçi (n.1885 – m.1962, un réputé artiste plastique, auteur de toutes les statues des rois Carol I et Ferdinand, aujourd'hui disparues), a été prêt pour être apporté au pays en 1937. Pour l’installer, on a créé la petite place Vintilă Brătianu (dans le prolongement du boulevard Vintilă Brătianu, aujourd'hui Bd. Dacia, conçu en 1935 et mis en œuvre dans les années ’80). Le projet de la petite place a bénéficié des suggestions de Mestroviçi, étant mis en œuvre par l’architecte Horia Teodoru.

L’été de 1937, le monument a été installé, la cérémonie de désentoilage ayant lieu le 28 novembre 1938. À cette occasion, il a été remis au maire de la Capitale de ce temps-là, le général Victor Dombrovschi.

Après 1944, il a été mis hors d’usage, pendant la période 1950-1988 étant déposé dans la cour du Combinat du Fonds Plastique. En 1988, le monument a été transféré au Complexe Muséal de Goleşti.

En 1992, sur l’initiative de la Mairie de la municipalité de Bucarest et du Ministère de la Culture, la statue a été ramenée à son endroit initial.

La nouvelle inauguration a eu lieu en novembre 1992.

Installation: 1938  •  Installation dans l’ancienne location sur le Bd. Dacia: 1992
Auteur: Ivan Městrovič  •  Matériau: granite noir-gris (statue) & béton plaqué de granite noir

1 2 3 4
Charles de Gaulle
La statue du général
Charles de Gaulle
Charles de Gaulle (1890-1970), général et homme politique français qui a créé à Londres, pendant l’occupation allemande de la France, le mouvement de résistance "La France Libre" (1940).

Chef du gouvernement provisoire (1944-1946), premier ministre (1958-1959) et président de la France (1959-1969). Le 28 avril 1969, de Gaulle déposa sa démission de la fonction de Président de l’État. Il a écrit des ouvrages mémorialistes: "Mémoires de guerre", "Mémoires d’espoir".

Sculpteur, peintre et céramiste roumain, Mircea Corneliu Spătaru (1937 – 2011) a été une personnalité de l’art roumain contemporain. Diplômé de l’Institut d’Arts Plastiques "Ion Andreescu" de Cluj-Napoca (1962), il détient un riche palmarès d’expositions (Venise, Paris, Barcelone, Budapest, Varsovie, Bucarest) et des prix (1969 – le Prix de l’Union des Artistes Plastiques de Roumanie; 1971 – le Prix "Ion Andreescu" de l’Académie Roumaine; 1972 – le Prix de la Critique de l’Union des Artistes Plastiques de Roumanie; 1985 – le Prix spécial du jury – Exposition de dessin et de peinture de Barcelone; 2000 – l’Ordre National "Service Fidèle au rang de Grand Officier" de la part de la Présidence de la Roumanie).

"Spătaru… s’assume la tragédie de l’histoire humaine avec un sentiment de sa propre implication, de la responsabilité qui ne permet à aucun, ni même au simple spectateur, le privilège de l’innocence. Nous sommes tous responsables pour toute l’infélicité. Une idée très incommode mais inévitable pour ceux qui essayent à comprendre l’angoisse du monde actuel, avec ses cauchemars et ses espoirs" (Andrei Pleşu).

La statue de Charles de Gaulle, située dans le Parc Herăstrău de Bucarest, se trouve dans l’ancien endroit de la statue de Stalin, éloge communiste qui a veillé sur la place portant le même nom entre 1951-1962.

Installation: 2006  •  Auteur: Mircea Spătaru  •  Matériau: bronze  •  Place Charles de Gaulle

1 2 3 4