Informations de route touristique

 
 
     
 
Dans un monde de plus en plus robotisé, "les statues s’animent pendant que les gens se pétrifient"… Un paradoxe qu’on regarde avec étonnement et méfiance.

Quelle est l’histoire des statues? Pourquoi ont les gens considéré qu’il serait nécessaire d’immortaliser une personne, un évènement, un objet dans un morceau de pierre, lequel ils placent ensuite dans un endroit public et persiste dans le temps...? La réponse à cette question est donnée par le grand historien Nicolae Iorga qui affirmait que "les statues des grands gens de la nation sont – pour le corps du pays – comme les icônes de nos maisons".

Sans doute que l’identité culturelle d’une contrée, d’une région, d’une ville, d’une communauté est donnée par ses traditions, par la manière où elle conserve son histoire (par de mythes, des légendes et des repères symboliques), mais également par les statues et les monuments commémoratifs qui évoquent les personnalités remarquables liées à ces endroits-là et complètent la beauté de la ville.

Le 1er arrondissement de la municipalité de Bucarest (le nord de la capitale), zone de maximale concentration de notre culture et civilisation, souvent surnommé "l’Arrondissement Vert", est l’endroit où "l’homme, la nature et l’histoire" ont mené à l’apparition d’un établissement qui combine la beauté du cadre naturel avec les vestiges du passé et les signes du présent. "Il est impossible de ne pas tomber amoureux de l’endroit où la beauté de la nature s’entremêle avec l’architecture traditionnelle et moderne et la culture et l’art semblent s’être entendus d’être ensemble dans cet endroit béni par Dieu. La ville suggère la solennité, l’amour et la dignité par tout ce qu’il présente. La fierté d’être citoyen de la collectivité de "l’Arrondissement Vert" est accablante. (Adrian Majuru)

À part l’architecture traditionnelle et moderne, la vocation culturelle de l’Arrondissement Vert se retrouve également dans les statues et les monuments commémoratifs qui complètent le paysage urbain. Il est évident que de l’ "inventaire" des statues du 1er arrondissement ne peuvent pas manquer:

1. “La statue de Barbu Stefănescu Delavrancea”
2. “La statue du monseigneur Vladimir Ghika”
3. “Le buste de Nicolae Iorga”
4. “La statue de Alexandru Lahovary”
5. “La statue de Iuliu Maniu”
6. “La statue de I.C. Brătianu”
7. “La statue du général Charles de Gaulle”

La fascination du ciselage en pierre de quelques grands gens de la nation a engendré ces statues monumentales, des objectifs culturels, de véritables attractions touristiques.


Delavrancea
La statue de
Barbu Şt. Delavrancea
“La statue de Barbu Stefănescu Delavrancea” (1858-1918) est située au côté gauche de la chaussée Kiseleff, très proche du Sens Giratoire II. Tout comme le Buste d’Ovide, placé vis-à-vis, celui-ci appartient toujours à Corneliu Medrea. Il a été réalisé en 1920, étant ciselé en pierre d’Albesti - Câmpulung. Barbu Stefanescu Delavrancea a été un prosateur, dramaturge, gazetier, avocat et orateur, ayant la vocation de percevoir les évènements politiques et culturels dans leurs plus profonds sens.

Lancé en politique, il devient en 1899 le maire de Bucarest. Le 12 mai 1912, en guise d’appréciation de son entière activité de prosateur et dramaturge, l’écrivain est élu membre de l’Académie Roumaine, prononçant, une année plus tard, le discours d’hommage.

À la séance festive devant le quorum réuni le 22 mai 1913, Delavrancea prononce le discours "De l’esthétique de la poésie populaire", lequel aura un écho particulier dans le monde littéraire. Dans la presse du temps on en a reproduit des amples fragments, mettant en évidence la force inédite de l’écrivain d’argumenter l’entière complexité de la création populaire.


Moyens de transport

   •   bus: 205, 300, 282 (Les stations Piaţa Ion Mihalache ou Bd. Ion Mihalache) et
       Bucharest City Tour
Ghika
La statue du monseigneur
Vladimir Ghika
“La statue du monseigneur Vladimir Ghika” (1873-1954) connue sous le nom de "Cărturarul" (L’érudit), nom qui l’a sauvée de la destruction pendant le régime communiste, la statue du monseigneur Vladimir Ghika a été réalisée en 1938 par le sculpteur Gheorghe Anghel en guise de reconnaissance pour l’aide reçue de la part du monseigneur Ghika pendant qu’il étudiait à Paris.

La statue a été exposée au Musée National d’Art de Bucarest. Pour mieux représenter l’esprit du monseigneur Ghika, Gheorghe Anghel a amplifié non seulement les verticales de l’ouvrage, suggérant une grandeur spirituelle, non pas matérielle, de la personnalité représentée. L’allongement confère un air hallucinant à la figure du Monseigneur, accentuant l’atmosphère byzantine.

Aux insistances du prêtre-curé de l’église française "Sacré Cœur", Ioan Ciobanu, en 2004, dans la place à côté de l’église (construite en 1930 par la Société des Filles de la Charité), a été placée la statue du monseigneur Ghika.


Moyens de transport

   •   bus: 131, 182, 282, 330, 331, 335 (La station Piaţa Dorobanţilor), 131, 282,
       301, 330, 331, 385 (La station Charles de Gaulle) et Bucharest City Tour
Iorga
Le buste de
Nicolae Iorga
“Le buste de Nicolae Iorga” (1871-1940) est la création du sculpteur Ion Irimescu, en 1976, étant situé devant l’Institut d’Histoire "Nicolae Iorga" sur le Boulevard Aviatorilor.

L’un des plus brillants esprits de l’histoire de la nation, Nicolae Iorga a été historien et critique littéraire, documentariste, dramaturge, poète, encyclopédiste, mémorialiste, cadre universitaire et membre de l’Académie Roumaine, laissant après lui une œuvre impressionnante. Il s’est également remarqué dans le domaine politique, détenant des fonctions de ministre, parlementaire et premier ministre.

Nicolae Iorga a eu une fin tragique, étant appréhendé dans son villa de Sinaïa et assassiné. Après avoir appris la nouvelle concernant l’assassinat de Iorga, 47 universités et académies du monde entier ont arboré le drapeau en berne.


Moyens de transport

   •   bus: 61, 66, 69, 70, 85, 90, 91, 92, 163, 336 şi 601 (La station Universitate),
       300, 361, 381 (La station Piaţa Victoriei) et Bucharest City Tour
   •   métro: La 2ème ligne (La station Universitate)
Lahovary
La statue de
Alexandru Lahovary
“La statue de Alexandru Lahovary” (1841-1897) est l’œuvre en bronze du sculpteur Marius - Jean Antonin Mercié, étant installée au milieu de la place portant le même nom et inaugurée le 17 juin 1901.

On dit que le sculpteur même a choisi l’endroit pour la statue, destinée initialement par la municipalité d’embellir la Place Romana, alors l’intersection entre le Boulevard Coltea et la Rue Romana, la considérant "trop grande" par rapport aux dimensions de son monument.

Le monument figure le grand homme politique conservateur Alexandru Lahovary comme orateur, debout et la main droite étendue.

Sur le socle sont représentés le dieu Neptun et une femme qui offre au grand homme politique une plume à écrire, symbole du talent avec lequel il a conçu ses discours politiques retentissants. Dans une autre interprétation, à la base de la statue se trouve l’allégorie masculine du Danube et à gauche une allégorie de la Roumanie Agricole – la figure féminine en costume national, qui rend hommage au distingué homme politique.

À ce point-là, le monument était en Roumanie l’une des premières statues du type "grands hommes", représentant une personnalité politique contemporaine. Sur le socle étaient fixées des plaquettes en bronze avec des citations des discours de Lahovari, lesquelles ont été détruites pendant le régime communiste après l’an 1948. L’une des citations rappelait la lutte des Roumains pour l’identité nationale "Ce Danube à nous a versé dans la mer plus de sang roumain que de l’eau..."


Moyens de transport

   •   bus: 331 (La station Piaţa Lahovary), 126, 131, 133, 168, 300, 331, 361, 368,
       381 (La station Piaţa Romană) et Bucharest City Tour
   •   métro: La 2ème ligne (La station Piaţa Romană)
Maniu
La statue de
Iuliu Maniu
“La statue de Iuliu Maniu” (1873 - 1953), création du sculpteur Mircea Corneliu Spataru, installée dans la Place du Palais (Piata Palatului), approximativement devant le balcon de l’ancien Comité Central du Parti Communiste Roumain, le 1 décembre 1998.

Iuliu Maniu, un grand homme politique du parti paysan a été l’un des plus proéminents politiciens roumains, occupant 3 fois le poste de premier ministre de la Roumanie entre 1928-1933. Maniu a été un adversaire déclaré de la politique d’influence de la Russie et pour cette raison il a été emprisonné par les communistes en 1947, quand ceux-ci sont arrivés au pouvoir. Il s’est éteint en 1953 dans la prison de Sighet.


Moyens de transport

   •   bus: 361 (La station Piaţa Revoluţiei), 178 (La station Sala Palatului), 126, 168,
       300, 368, 226 (La station Nicolae Balcescu) et Bucharest City Tour
Brătianu
La statue de
I.C. Brătianu
“La statue de I.C. Brătianu”, un grand homme politique roumain, a été conçue par Petre Antonescu et exécutée en 1903 par souscription publique par le sculpteur Ernest Dubois. Initialement, le monument était installé devant la maison de la famille Brătianu à l’initiative de son épouse, Eliza. En 1937, le bien-connu sculpteur croate Ivan Mestrovici a achevé le chef-d’œuvre, lequel sera inauguré une année plus tard à cause de la maladie d’Eliza Brătianu. Le monument était environ 9 m haut, il avait à sa base un socle circulaire et le socle était flanqué par quatre personnages allégoriques assis. Devant lui, sur le socle, était ciselé le texte "par notre esprit, notre cœur et nos bras. 1851".

Vers ce texte regardaient trois personnages, une femme montrant de sa main gauche l’inscription des deux enfants qui l’accompagnaient. Sous ce groupe, sur une plaque en marbre noire, étaient écrits les mots: "À Ion C. Brătianu. 1903".

En 1947, la statue est enlevée par les autorités et en 1991 elle est remise dans son endroit de droit, c’est-à-dire sur le Boulevard Dacia, pas loin du Musée de la Littérature Roumaine, avec l’effort d’Ioana Brătianu. La statue, sculptée en granite, figure Ion Brătianu sur sa chaise de travail.


Moyens de transport

   •   bus: 133 (La station Calea Victoriei), 126, 133, 300, 368, 361 (La station Piaţa
       Romană) et Bucharest City Tour
Charles de Gaulle
La statue du général
Charles de Gaulle
“La statue du général Charles de Gaulle” est l’œuvre en bronze du sculpteur Mircea Corneliu Spătaru et représente le général et homme politique français descendant quelques marches avec un manteau sur le bras droit. L’ouvrage est réalisé en bronze et a une hauteur de 4,6 mètres, le poids de la statue étant d’environ 7t. Elle est installée dans le Parc Herăstrău, à l’entrée de la Place Charles de Gaulle, étant dévoilée à l’occasion du Sommet de la Francophonie de Bucarest, en septembre 2006.

La statue occupe une place dûment gagnée dans la Capitale de la Roumanie dans le contexte des relations politiques et culturelles de tradition historique entre la Roumanie et la France.

La statue est placée sur un socle toujours en bronze, haut de plus d’un mètre.


Moyens de transport

   •   bus: 131, 282, 301 330, 331, 361, 385 (La station Charles de Gaulle) et
       Bucharest City Tour
   •   métro: La 2ème ligne (La station Aviatorilor)